Saint Martin : Hors des sentiers battus !

Saint-Martin-in-the-fields-1Les commémorations vont bon train pour le 1700e anniversaire de la naissance de Saint Martin. Partout en Touraine où il mourut, fleurissent des initiatives pour célébrer ce saint particulièrement connu mais aussi respecté dès le Moyen Âge. Si Tours lui rend un tel hommage, c’est parce qu’il en termina sa vie évêque. Sur sa tombe fut érigée une église pour les pèlerins, agrandie plusieurs fois jusqu’à en faire une des plus belles et grandes églises gothiques jamais construites dans le monde. Elle tomba en ruines à la révolution au point qu’il ne reste aujourd’hui que deux tours majestueuses. L’édifice a ensuite marqué la ville jusque dans sa topographie actuelle.

Diabolus in Musica a ouvert les festivités en donnant le concert « Historia Sancti Martini », la reconstitution d’un office dédié au saint tel qu’il était chanté au XIIIe siècle.

 

Outre les chemins qui parcourent l’Europe entière, de la Croatie à l’Espagne, de l’Allemagne à l’Italie en passant par la Slovénie, Saint Martin a marqué le patrimoine architectural et des quartiers entiers. L’évocation de son nom rappelle non seulement le grand voyageur qu’il était, mais aussi et surtout ses valeurs, de générosité notamment.

Aujourd’hui nous vous proposons de sortir des sentiers battus et de vous arrêter sur un quartier bien connu de Londres et sur son église, « Saint Martin in the Fields ». Equivalent anglais de notre « Prieuré Saint Martin des Champs », situé dans le 3e arrondissement de Paris, elle reste aussi l’une des plus connues de Londres.

 

Saint Martin in the Fields est installée au cœur d’un quartier très vivant qui relie Buckingham à Charing Cross. L’église, dont les fondations datent de l’antiquité, est devenue une église paroissiale fastueuse en 1542, après la reconstruction ordonnée par Henri VIII. Elle tient son nom du fait qu’elle était, à l’époque, cerclée des champs (fields) et des prairies qui séparaient, alors, la cité de Westminster de Londres. L’urbanisation massive a rapidement caché les abords de l’église, avant que l’ouverture de Trafalgar Square en 1820 ne vienne ouvrir les espaces et offrir un nouveau regard sur ce lieu magnifique qui reste aujourd’hui « paroisse royale ».

 

Saint-Martin-in-the-fields-3

Saint-Martin-in-the-fields-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martine CAMPANGNEAu début du XXe siècle, fidèle au personnage qui porte son nom, l’église accueille des sans-abris. Ces actions lui vaudront le titre d’« église avec la porte toujours ouverte », comme aimait à la nommer *** Sheppard, curé de l’époque. Ces actions continuent aujourd’hui encore avec la fondation « The Connection at Saint Martin ». C’est aussi dans cette église que Sir Neville Marriner donna, en 1956, ses premiers concerts de musique baroque avec sa formation « Academy of St Martin-in-the-Fields ». Le lieu a par ailleurs reçu les plus grands concerts de musique classique de Londres.

Mais l’église est loin d’être la seule à rappeler Saint Martin. Tout ici, fait référence à l’illustre personnage !

La « Saint Martin Street » clôturée par la « Saint Martin Place », est un excellent exemple de la mémoire portée à Saint Martin, et cela jusque dans les réverbères de la rue qui mentionnent encore aujourd’hui son nom !

 

Le quartier est ainsi le berceau de nombreux lieux dédiés à Saint Martin, comme la « Saint Martin’ School of Art », la célèbre école de stylisme de Londres fondée en 1854, ou bien le « Saint Martin Theatre », théâtre historique qui reçu sa première production en 1916. Il accueille depuis 1952 la pièce qui détient le record mondial de longévité de programmation, la célèbre Souricière, adaptation du roman de l’écrivain anglaise Agatha Christie.

St-Martin-Theatre-Covent-Garden

Saint-Martin-Lane-3

 

Plus récemment, Philippe Starck et Ian Schrager ont ouvert un hôtel de luxe, le « Saint Martin’s Lane », au centre de Covent Garden. Le célèbre designer y joue avec les couleurs, les formes et les proportions pour offrir à ses clients un lieu offrant un mélange entre la « sophistication d’un musée moderne et la joie des lumières d’un carnaval ».

Les couleurs de Saint Martin semblent donc loin d’être éteintes ! Et c’est sans compter sur cette année juste lancée de célébration, qui devrait nous réserver d’autres jolies surprises !

 

Saint-Martin-Lane-2

 

Saint-Martin-Lane-1